Nous connaissons un hiver particulièrement froid et rigoureux, ce qui engendre une baisse de motivation, même parmi les personnes les plus entraînées. Alors, comment faire pour garder sa motivation à son max, garder le cap sur son entraînement, et traverser l’hiver sans hiberner? Voici quelques conseils pratiques.

1. Aller jouer dehors

D’accord, il fait froid, mais notre principal grief, c’est le vent. Alors, une belle journée ensoleillée, sans vent, est l’occasion parfaite pour faire des activités à l’extérieure. S’habiller en conséquence, et s’échauffer l’intérieur si possible. Ski de fond, ski alpin, raquette, marche, patin…, l’hiver regorge d’activités intéressantes. Le but est de bouger et de s’oxygéner, pas nécessairement de mettre de l’intensité. Vous êtes coureur? Révisez vos allures de course à la baisse. Courir sur des sols glacés ou enneigés implique d’être plus prudents et de réduire sa vitesse et sa foulée. Favorisez le volume et gardez l’intensité pour vos séances sur tapis roulant.

2. S’acheter de nouveaux vêtements ou équipements

L’hiver est le moment de magasiner les équipements dont on aura besoin pour la saison estivale. Les cyclistes et triathlètes pourront rêver à leur nouveau vélo, tandis que les coureurs investiront dans une nouvelle paire de souliers de course. S’offrir de nouveaux vêtements de sport est également une excellente manière de se récompenser pour les heures passées à l’entraînement et peut représenter une source de motivation. L’habit ne fait pas le moine, mais quand même, un beau kit d’entraînement peut faire toute la différence… Sans compter que des vêtements techniques chauds vous inciteront davantage à mettre le nez dehors.

3. Bouger pour renforcer le système immunitaire

Faire du sport aide aussi à booster notre système. L’hiver est la saison des virus et il est important de se rappeler que notre corps est d’autant plus vulnérable que notre hygiène de vie prend le bord : on se sédentarise, on mange mal (des aliments qu’on aime bien mais qui ne nous font pas nécessairement du bien!). Alors, pour mettre les chances de son côté, c’est le moment de sortir son arme secrète : je bouge plus et je mange mieux! Les suppléments alimentaires peuvent aussi nous aider, comme la vitamine D, dont on manque cruellement à cause du manque d’exposition au soleil. Que faire si on est déjà affecté par un rhume qui nous met à plat? Prendre un peu de repos mais dès que le corps commence à reprendre le dessus, recommencer à bouger, en en faisant moins que d’habitude, car cela va accélérer la convalescence. Continuer à bouger tout en restant à l’écoute de son corps est la clé. Cela permet de repartir du bon pied lorsque l’énergie sera revenue.

4. Se fixer des objectifs

Le meilleur moyen de rester motivé, c’est d’établir des objectifs précis, à court terme (perdre X kilos en 4 semaines) et à long terme (courir le marathon de Montréal en septembre). Ensuite, il faut planifier son entraînement pour atteindre son but : le type d’entraînement, la durée, la fréquence,… Si on fait les choses au hasard, on a toutes les chances de sauter une séance, ou deux, ou trois… Alors que si les séances d’entraînements sont placées dans votre agenda comme le reste de vos journées, vous savez que l’entraînement du jour est aussi important que la réunion de 14h. Il faut donc se faire une routine et s’y tenir. Rappelez-vous la métaphore du bocal de cailloux : si on ne place pas les gros cailloux en premier dans le pot, on va le remplir de sable et de gravier et il n’y aura plus de place pour les choses importantes. L’activité physique devrait être un gros caillou dans notre quotidien. On peut même se lancer un défi hivernal. Les courses hypothermiques deviennent populaires, alors pourquoi pas un triathlon d’hiver ou un événement de course à pied en plein mois de février? À faire de préférence avec vos amis, et votre fan club qui vous attend à l’arrivée avec un chocolat chaud bien sûr!

5. Varier les entraînements

Même si vous pratiquez une activité régulière, que ce soit en compétition ou non, l’hiver est la saison idéale pour varier les entraînements, se faire plaisir, et stimuler son corps différemment. Ainsi les coureurs et les cyclistes trouveront dans le ski de fond un excellent moyen de travailler le cardio et la musculature des jambes et cela leur sera bénéfique. Pensez aussi que la préparation physique générale (couramment appelée PPG) est l’occasion de ‘réveiller’ certains muscles, de guérir des vieilles blessures, et de préparer la saison estivale. Et même si vous ne pratiquez pas de sport sur une base compétitive, pourquoi ne pas profiter de l’hiver pour essayer une nouvelle classe dans votre gym : du Zumba au boot camp, il y en a pour tous les goûts. Les centres sportifs et communautaires sont un excellent endroit pour s’adonner à des activités nouvelles car ils offrent une programmation très riche adaptée à toute la famille. Rappelez-vous le critère numéro un : ayez de plaisir dans ce que vous faîtes! Votre entraînement doit être non seulement efficace, mais aussi stimulant.

6. Ne pas s’entraîner seul

Le meilleur moyen de ne pas manquer un entraînement, c’est encore de ne pas y aller seul. Trouvez-vous un partenaire d’entraînement si vous aller en salle de musculation, ou encore, rejoignez une équipe (groupe de course, équipe de maîtres en natation…). Les cours de groupe sont peut-être très motivants mais si le froid ou la neige vous dissuadent d’y aller, c’est le moment d’inciter votre voisin ou collègue de travail à vous accompagner! À deux, c’est moins facile de trouver des excuses. Et vous ajouterez au sport un côté social. Pour favoriser ce côté social, je fais beaucoup de ‘jeux’ en équipe dans mes boot camps, les participants se mesurent aux autres participants dans un esprit de compétition amicale. Un bon moyen de les motiver à bouger! Résultat : les cours restent pleins malgré la météo…

7. Ne pas trop s’éloigner de son territoire

Pensez que la localisation de votre gym est importante. S’il est trop loin de votre domicile, de votre travail, ou qu’il n’est pas sur le trajet entre les deux, vous risquez fort bien de ne pas vous rendre à la première tempête de neige. Magasinez votre lieu de loisirs en fonction des activités qu’il offre mais s’il est trop loin, ou que les horaires ne conviennent pas à votre emploi du temps, passez votre chemin et trouvez un autre terrain de jeu.

8. Se faire encadrer par un coach ou un kinésiologue

On ne le dira jamais assez : la clé de la réussite dans un programme d’entraînement, c’est qu’il soit adapté à vos besoins. Beaucoup de ressources sont disponibles sur Internet de nos jours, mais même si vous trouvez un programme absolument génial, posez-vous la question suivante: est-il adapté à mes besoins et à ma forme physique actuelle? Rappelez-vous qu’avant de bâtir les étages d’une maison, il faut des fondations solides. D’où l’importance de faire évaluer votre condition physique par un professionnel qui vous aidera dans votre démarche. Cela vous évitera bien des frustrations, et surtout des blessures… Et si l’hiver vous rend morose, la motivation d’un entraîneur vous donnera du baume au cœur. En attendant le printemps et des jours meilleurs…

sport hiver

Eric Laily, BSc Kinésiologue accrédité

Préparateur physique & physiologiste de l’exercice

Entraîneur du club Dynamos Triathlon

MyoActif  Santé & Performance

514-561-4888 – myoactif.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *