La pratique du triathlon représente un beau défi personnel et permet de se surpasser. Enchaîner les trois disciplines est toute une performance en soi. Le jour J, vous arrivez motivé et bien entraîné mais vous sentez quand même le stress qui monte (effet de foule, nouveauté du triathlon pour certains, gestion de la zone de transition…). Voici quelques conseils pour vous préparer à vivre votre épreuve dans les meilleures conditions et minimiser le stress lié à la compétition :

Conseil No 1: faire une ‘checklist’ de tout ce qu’il faut emporter

De cette façon, vous n’oublierez rien à la maison. Tout préparer le veille ou l’avant-veille de la course, et vérifier plutôt deux fois qu’une que tout y est. C’est toujours déconcertant de chercher sa paire de lunettes de natation et de s’apercevoir qu’elle est finalement restée dans un tiroir…

Conseil No 2: Faire un repérage du site de compétition

en particulier le plan d’eau (bouées, trajectoire…) et la zone des transitions (entrée / sortie pour chaque épreuve). Familiarisez-vous avec les parcours pour chaque épreuve et assurez-vous de connaître les distances des boucles de vélo et de course. Si vous pouvez arriver la veille, allez nager dans le lac pour vous habituer à la température de l’eau, au courant s’il y en a…; faites un tour de reconnaissance du circuit vélo pour voir où sont les virages serrés, les faux plats, à quel endroit vous allez devoir relancer.

Conseil No 3: assister à la réunion pré-course

et s’assurer d’avoir tout compris avant de quitter. Poser autant de questions que nécessaires. Ne laisser aucun doute dans votre esprit avant le départ de l’épreuve. Connaissez-vous le nombre de boucles à parcourir pour chacune des trois disciplines? Au cours de l’épreuve, des bénévoles sont présents sur le parcours pour vous aiguiller. N’hésitez pas à les interpeler en cas de doute, ils sont là pour vous aider.

Conseil No 4: Organiser votre zone de transition de manière efficace

Mettez le casque sur le vélo et le dossard sur les chaussures de course, pour être certain de ne pas les oublier. Compter le nombre de pas que vous aurez à parcourir pour vous rendre jusqu’à votre zone de transition (ne pas se fier à des repères tels que banc, arbre… parce qu’avec le rush de la course, vous serez désorientés).

Conseil No 5: préparer votre vélo adéquatement

(se mettre sur le bon braquet et régler son odomètre avant de partir), vérifier la mécanique (freins, vitesses), gonfler les pneus à la bonne pression… Si vous utilisez la technique du ‘fly-mount’ (avec les élastiques), pratiquez-là abondamment lors de vos entraînement. Il n’est pas rare de voir des athlètes tomber ou perdre de précieuses secondes parce qu’ils ne maîtrisent pas la technique.

Conseil No 6: pratiquer, pratiquer, pratiquer…

pas seulement vos trois sports mais aussi tout ce qui fait la spécificité du triathlon : les transitions (le 4e sport du triathlon), les virages en vélo, le déshabillage du wetsuit en trottinant, les blocs vélo-course… Vous pouvez avoir un bon cardio mais c’est tout le reste qui fera la différence, et c’est d’autant plus vrai que vous faites de la courte distance. En sprint, chaque seconde compte!

Conseil No 7: rester alerte et respecter les règlements.

Parfois, on est tellement dans sa bulle qu’on peut facilement manquer une bouée, faire du sillonage en vélo sans prêter attention à la distance qui nous séparer du cycliste en avant de nous, oublier d’enlever son casque de vélo quand on part à la course… tous ces petits détails qui peuvent causer une disqualification, une pénalité ou vous coûter de précieuses minutes.

Conseil No 8: à la fin de votre épreuve, savourez le moment présent sans trop vous posez de questions sur votre course.

Laissez décanter le tout jusqu’au lendemain puis faites un retour sur votre triathlon à ce moment-là. Attention toutefois de ne pas se focaliser sur les éléments négatifs. Remémorez-vous plutôt les points positifs, et tirez des leçons constructives de ce qui doit être amélioré. Ne vous laissez pas démonter par une contre-performance : il y a toujours du positif à tirer, quelque soit votre temps ou votre classement. Alors, ayez du plaisir et célébrez l’après-course avec vos co-équipiers. Que de beaux moments à partager!

Eric Laily, BSc Kinésiologue accrédité

Préparateur physique & physiologiste de l’exercice

Entraîneur du club Dynamos Triathlon

MyoActif  Santé & Performance

514-561-4888 – myoactif.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *